Polyglossie et conflictualités dans le travail du care / RV CIRFIP

  • le 22/01/2015 à 18:30
  • à l’ESCP Europe – 79 Avenue de la République – 7 - 75011 PARIS
  • entrée libre
  • Durée : 2h00

Coordination : Danielle Hans, Chantal Humbert, Elwis Potier

Les Rendez-vous du CIRFIP

Programme des Conférences 2014-2015

18h30 – 20h30 - Entrée gratuite

à l’ESCP Europe – 79 Avenue de la République – 75011 PARIS – Métro Saint Maur

« Conflictualités et intervention psychosociologique »

Le point de vue psychosociologique admet que différentes formes de conflits se posent en permanence aussi bien

au niveau des dynamiques intrapsychiques du sujet qu’au niveau des structures sociales et institutionnelles. Qu’en est-

il aujourd’hui du rapport des acteurs sociaux à différentes formes de conflits entre exacerbation et évitement ? Entre

dramatisation et banalisation ? Qu’en est-il aujourd’hui de l’intervention psychosociologique dans les contextes où les

rapports de force, de pouvoir, les tensions, le stress au travail etc., traversent de manière vive et composite les

commandes et les demandes adressées au psychosociologue ? Quelles modalités d’élaboration du travail choisit-il en

vue de faire évoluer les formes de conflictualités éprouvées par les acteurs sociaux ? Comment permet-il à ceux-ci d’en

dégager des significations ? De sortir de leur négativité ? Sur quelle(s) focale(s) met-il l’accent : le sujet conscient et

inconscient, le groupe, l’activité travail, l’organisation, l’institution, la communauté ? Quels présupposés politiques

orientent le regard porté sur les conflictualités ? Quels effets sur l’implication, sur l’engagement politique du

psychosociologue, sur sa posture critique ?

22 janvier 2015 Polyglossie et conflictualités dans le travail du care

Cette intervention s’appuie sur les théories du travail dans le champ psychodynamique et sur les théories

de la "voix différente" en psychologie et en philosophie morale (Carol Gilligan, Stanley Cavell et Sandra

Laugier) et politique (Eleni Varikas). J'évoquerai une enquête ethnographique réalisée dans un

établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) pour discuter de la

conflictualité des voix et des langages à l’intérieur du travail du care. Cette recherche action n'a pas

surmonté les conflits dans l'institution, mais  elle a permis rétrospectivement d'identifier trois modalités

genrées d’échec de la « voix différente » : l’inexpressivité (ou langue de bois importée du monde masculin),

la surexpressivité (ou hystérie au sens social), la voix étouffée dans l’entre soi (résistance). S’autoriser à

parler publiquement dans « une voix différente » et être entendu impliquerait une transformation de

l’organisation du travail où il s’agirait moins de diviser le travail  entre spécialités que de le partager plus

équitablement, ce qui revient à légitimer aussi le débat, donc la conflictualité, comme indispensable au

Pascale Molinier

à l’ESCP Europe – 79 Avenue de la République – 7 75011 PARIS