Santé et travail : repenser les liens

Quelles perspectives professionnelles, économiques
et politiques pour agir autrement ?
le 29 janvier 2016,
salle Clémenceau, Palais du Luxembourg
Une initiative sous le marrainage de Mme la Sénatrice Annie David,
ancienne Présidente de la Commission des Affaires Sociales du Sénat.
Désenclaver la santé au travail. Tel est l’enjeu. Repenser les liens entre la santé et le travail signifie prendre la mesure des
transformations profondes du travail, comme activité économique et expérience subjective, et des enjeux de santé, des
personnes et de la collectivité. La santé au travail ne se tient plus dans les seuls domaines de compétence des spécialistes de
l’hygiène et sécurité, des pathologies professionnelles et de la prévention des risques, mais elle vient au coeur des
préoccupations de tous les acteurs en charge du pilotage des organisations, du développement durable des territoires et de
la vie en société.
L’évolution du monde du travail impacte fortement les repères habituels des métiers de la prévention et de la santé au travail,
notamment en raison de la prégnance des problématiques de santé mentale exprimées par les travailleurs, dans tous les secteurs
d’activité et quel que soit leur statut dans l’entreprise. Les professionnels de la santé au travail sont aujourd’hui confrontés à de
grandes difficultés dans l’exercice de leur activité et peuvent parfois connaître eux-mêmes des situations de débordement.
L’évolution des organisations, du fait notamment de la montée en puissance des dimensions relationnelles et immatérielles de
l’activité économique dans tous les secteurs, modifie les formes d’engagement du travail dans la création de valeur. La
mobilisation de la subjectivité des travailleurs devient un élément clé pour répondre aux nouvelles exigences du travail, de
même que la coopération (capacité à travailler ensemble, les uns prenant en compte le travail des autres) devient essentielle
pour dépasser les limites de la coordination prescrite par le haut. Les professionnels du management sont aujourd’hui confrontés
à des logiques d’organisation et de gestion qui ne sont plus adaptées à cette mutation du travail vivant.
Dans ce contexte historique de mutations économiques du travail, la société s’interroge sur les effets les plus visibles de la
« crise » : précarité et accroissement des inégalités, montée de l’agressivité et des incivilités, formes de désengagement du lien
social et de la vie politique ; mais elle peine à faire le lien avec le travail. Revenir au travail, et à ses enjeux psychiques, sociaux
et économiques, devient donc de plus en plus nécessaire pour penser la qualité du lien social, la durabilité des entreprises et des
emplois, la vitalité des personnes et des territoires. C’est donc aussi un enjeu pour les métiers de la politique, dans leur capacité
à repérer les enjeux et innover les dispositifs institutionnels.
Penser le rapport de la santé au travail et du travail à la santé comme deux leviers essentiels pour ouvrir de nouvelles
perspectives pour les métiers de l’entreprenariat et du management, pour les métiers de la santé et pour les métiers du
politique, telle est l’ambition du colloque. Cet événement se veut le point de départ d’une initiative plus large qui, sous la
désignation « Travail Santé Société Territoires (TSST) », vise à favoriser l’émergence d’une communauté de pensée et d’action
fondée sur la centralité du travail dans le pilotage des organisations, la compréhension des questions de santé publique, la
vie en société et la qualité des territoires.
Informations et inscription : www.asso-tsst.org

http://www.asso-tsst.org/colloque-2016/inscription/

Paris